AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars

Aller en bas 
AuteurMessage
Aidan Sullen
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 26
Devise : Emma - Ma - MRS WEATHERLY

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Ven 31 Juil - 11:26

PROCÉDURE ENCLENCHÉE





    Nom(s) : Sullen. Bien évidemment, c’est un patronyme d’emprunt. Son véritable nom n’est connu de personne, et tellement bien enfoui dans ses souvenirs, qu’il en viendrait même à l’oublier.
    Prénom(s) : Aidan. Contrairement à son nom, celui-ci est son vrai prénom. Il n’a pas jugé utile d’en changer, d’autant plus qu’il y est très attaché.
    Surnom(s) : On ne lui a jamais réellement attribué de surnom, excepté « Le Frenchie » par certains de ses « collègues » tant il parle le français avec un naturel déconcertant.
    Âge : Vingt-neuf ans.
    Date de naissance : Il est né un vendredi treize mai particulièrement pluvieux.
    Lieu de naissance : Paris, capitale de la France, pays de l'Europe.
    Nationalité : Il possède la double nationalité franco-écossaise.
    Métier :
    Rang : 007. Il est au service de la Triade depuis onze ans ce qui lui vaut ce rang. Cependant, entre temps, il s'est infiltré en tant que taupe chez les Deadly Vipers, qui eux aussi, le considère désormais comme un élément moteur et mortel.




    Points forts : Autant commencer par le plus évident : Aidan possède un physique des plus adaptés à ce genre de job. Ancien boxeur de haut niveau, il a commencé ce sport très jeune et a développé grâce à lui un physique et des techniques de combat très au point. Conditionné pour résister aux douleurs physiques et morales, enclin à poursuivre autrui dans une course effrénée sur plusieurs kilomètres, préparé pour s'immiscer dans les plus improbables des lieux et assez souple pour jouer au twister avec les systèmes de sécurité, il est évident qu'Aidan a le physique, l'endurance et la résistance nécessaire. A ce point essentiel, vient s'ajouter sa mémoire, à la fois visuelle et auditive, qui, en plus d'en impressionner plus d’un, s'avère très utile pour un agent tel que lui. C’est en effet une aptitude très utile dans ce métier, autant pour intégrer un personnage que pour photographier un bâtiment tout entier. Ainsi, il peut, en balayant d'un simple regard une pièce, répérer et analyser chaque système de sécurité ainsi que les pièges présents et à éviter. De même, lorsqu’on lui demande de s’imprégner d’un rôle sous-couverture, il ne lui faut que quelques minutes pour inventer et/ou assimiler le passé et le présent en question. Du simple boulanger au diplomate étranger, Aidan possède une véritable faculté d'adaptation qui lui rend la tâche beaucoup plus facile. Il se prend rapidement au jeu, faisant de n'importe quel rôle sa propre vie. Ensuite, il ne faut pas oublier de préciser que si Aidan a reçu l’entrainement habituel en ce qui concerne les détecteurs de mensonge, et que comme tous les autres agents, il est capable de tromper cet appareil électronique, contrôlant sa respiration et ses battements de cœur, il s'aide à la fois de sa faculté d’adaptation mais également de ses mimiques très particulières, et de son regard aussi pénétrant qu’apaisant. Dire qu'il ment comme il respire en deviendrait presque un euphémisme en ce qui le concerne. D'(autant plus qu'en tant que taupe, il ne peut se permettre aucune erreur. Il manie les facettes de son visage comme personne, et passe aussi bien pour un imbécile finit qu’un tueur sans pitié.

    Points faibles : Dans le genre, « j’ai toujours raison », Aidan se place en maître incontesté. Ainsi, lorsqu’il a un plan ou même une simple idée en tête, il est quasiment impossible de le faire changer d’avis. Bien souvent, ce trait de caractère s’avère dangereux tant le jeune homme refuse de prendre en compte les avis d’autrui et préfère suivre son instinct. S’il veut couper le fil bleu au lieu du rouge, il coupera finalement le bleu, sans s’ennuyer des avis alentours. Parce qu’il a tendance à refuser tout ordre qui ne vient pas d’une personne qu’il apprécie, l’étiquette de râleur incontesté lui colle à la peau et lui vaut pas mal de réprimandes. Cependant personne ne peut nier que son instinct est un très bon guide, qui donne beaucoup plus de résultats satisfaisants que d’échecs. Finalement, en désobéissant, il parvient toujours à tirer son épingle du jeu, en rapportant les informations voulues et à temps. Et s'il y arrive toujours, c'est en particulier parce qu'il s’adonne corps et âme dans tout ce qu’il entreprend. Aidan ne s’arrête jamais avant d’avoir trouvé le fin mot d’une histoire, ou mis un terme à sa mission. De ce fait, il se retrouve, bon gré mal gré, entrainé dans des aventures rocambolesques et dangereuses. Même si son état de fatigue lui crie de s’arrêter, il passe toujours outre ses blessures morales et physiques pour mettre un point final à quoi que ce soit qu’il ait commencé. Si ce côté peut se révéler un point positif dans pas mal de jobs, dans le cercle des tueurs à gage, c’est un moteur très instable. Le prix de consolation n’étant rien d’autre que la mort en personne et non pas une bonne bouteille de vin, cinq ans d’âge. En parlant de mort, il faut également souligner celle-ci est un point faible capital de sa personne. Mais, ce n'est pas de sa propre mort dont il est effrayé. Bien au contraire. Avec son tempérament fougueux, Aidan est le genre de tueur à défier la mort à chaque minute, pour son simple plaisir. Mais lorsqu'une autre personne est concernée, un être auquel il tient, elle devient une alternative du job très effrayante, et mortelle surtout. S’il n’a jamais été du genre loup solitaire, Aidan n’a jamais non plus ressenti le besoin constant d’être entouré et au centre d’un groupe. Toutefois, il ne serait rien sans ses amis, ceux qu’il compte certes sur les doigts de la main, mais le font se réveiller et se coucher le sourire aux lèvres. Ils sont très peu mais sont une raison de vivre bien suffisante. Alors s’il leur arrivait malheur, le jeune homme ne s’en remettrait pas. C’est donc un côté de son caractère qui a de très fortes répercussions. Dès lors, s’il se retrouvait face à l’un de ses amis portant le canon d’un revolver sur la tempe, il chercherait par tous les moyens à prendre sa place avant de céder aux désirs de ses adversaires. C’est un point faible certes considérable mais pour lequel on ne peut rien faire. Il faut vivre avec ou ne pas vivre du tout. Finalement, et à moindre mesure certes, il ne faut pas oublier de dire que lorsqu’il s’agit de dessiner le plan d’un bâtiment qu’il a en mémoire, ou le prototype d’une arme chimique qu’il a aperçu, le coup de crayon peut se révéler fatidique. Quelque chose qu'Aidan n'a pas. Si on ne parvient pas à discerner ses ronds de ses carrés, tout peut véritablement tomber à l’eau. Heureusement il a des amis qui jouent du crayon beaucoup mieux que lui et sont toujours présents pour l’aider à peaufiner les schémas qu’il incorpore dans ses rapports. Encore faut-il qu’Aidan parvienne à leur expliquer ce qu’il faut dessiner.


    Spécialité : Autant être clair sur ce point, si certains manient les armes à feu comme de simples outils de cuisine, Aidan de son côté se contente d'utiliser ses poings et ses pieds. En tant qu'ancien champion de boxe, il est évident que les crochés du droit, les uppercuts et compagnie n'ont plus de secrets pour lui. D'une manière plus générale, Aidan est un as des arts martiaux. Lors de son entrée à la Triade, il s'est tourné vers cette spécialité, sachant pertinemment qu'il en possédait les bases. Ce n'est pas pour autant qu'il ne sait pas se servir d'une arme. Au contraire. En effet, il ne sait pas se contenter de ses acquis et cherche toujours à se perfectionner, apprendre de nouvelles techniques. Ainsi, il se sert d'une arme blanche comme un vrai chef cuisto, alliant sa force physique à sa précision. A l'opposé de cette spécialité, Aidan est aussi un véritable as du volant. Il possède de nombreux permis, poids lourds, autocars, bateau et avion compris.

    Voiture(s) favorite(s) : Pour faire simple, Aidan préfère de très loin les motos aux voitures. Elles sont plus rapides, plus efficaces, plus discrètes et se faufilent beaucoup plus facilement. De même lors d’une poursuite, elles sont beaucoup plus maniables. Depuis plusieurs mois maintenant, l’as du volant qu’il est enchaine les missions à bord d’une Ducati 798 noir électrique qui, n’attire quasiment aucun regard tant sa couleur est commune. Ce n’est pas une nouveauté, elle date même de l'année 2003, ce qui est plutôt appréciable lorsqu’on cherche à être discret et ne pas attirer tous les regards. Cependant, le jeune homme s’est permis quelques petites améliorations qui font sa rareté. Eelle ne se contente plus de rouler à la vitesse maximale autorisée. Bien au contraire. Sinon, il n’a pas de préférence particulière pour les voitures, même s’il apprécie bien les modèles britanniques pour leur toits ouvrants qui permettent un angle de tir plus large.

    Arme(s) utilisée(s): Que ce soit pour une mission offensive ou un simple recueil d'information, Aidan ne se sépare jamais d'une arme à feu. Même s'il se sert plus de ses poings et de ses lames que d'un automatique, il ne pas nier l'importance capitale de ce genre de calibre. Son GAMO P800 est donc son arme de prédilection. Récente, diablement puissante, précise mais aussi très polyvalente, c'est tout ce dont il a besoin pour sa sécurité. Qu’elle serve pour le self-défense, le tir sur cible ou en mouvement, elle ne perd nullement de sa précision et de son impact. A côté de cela, il ne se sépare jamais de ses couteaux, un dans chaque chaussette, deux autres à sa ceinture.

    Son allié envers et contre tout :

    Son ennemi juré, celui qui ne demande que sa mort (réciproquement) :


Citation :
Avatar : Le très sexy Michael Vartan I love you
Pseudo : Chut, c’est un secret. Laughing
Comment avez-vous connu le forum : Par un style BIC perdu en pleine rue. Laughing
Un commentaire : TEAM ALIAS. I love you

Crédits : cylonized, how_iconic, killcolor, pureskies, vividot_grafix @LJ

ARCHIVAGE TERMINÉ


Dernière édition par Aidan Sullen le Mer 5 Aoû - 8:47, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Sullen
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 26
Devise : Emma - Ma - MRS WEATHERLY

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Ven 31 Juil - 11:26








Les nuits se succédaient sans vraiment se ressembler. Lorsqu’on accepte d’être recruté par une agence renseignement, illégale et meurtrière, il est évidement que l’on balaie de notre vie toute idée de routine pantouflarde et d’habitudes agréables. On se dirige plutôt vers des aventures rocambolesques, palpitantes, dangereuses, et, uniques en leur genre. On choisit la vie à 200/h au lieu d’une vie de tortue tranquille. On passe de « conducteur habitué aux contraventions » à « pilote de formule un ». On change du tout au tout. On efface de notre esprit toute notion de tranquillité et on ne s’étonne plus de voir notre téléphone sonner au beau milieu de la nuit pour x raisons. Ca en devient même une habitude. En somme, on prend de nouvelles habitudes. Des habitudes très spéciales, enclines à changer tous les jours.

***



QG des Deadly Vipers : Copenhague, Danemark, 22 décembre, 02h44 heure locale.

« Désolé de vous avoir réveillé, mais on a une mission urgente à boucler. » La voix d’un type encore inconnu aux yeux d’Aidan le tira définitivement de son sommeil tandis qu’il prenait place autour d’une large table ovale. C’était mignon comme cet homme feintait s’excuser de les avoir sortit de leur lit en pleine nuit. Comme s’il … compatissait. A ses côtés, Munro. Son frère. Qui ne daigna même pas lui accorder un regard. Habituel. Et d’autres agents. Tout aussi silencieux.

« Victor Reed. » Déclara t-il d’une voix des plus solennels. Un silence plana dans la salle. Assez logique, tout le monde devait encore dormir, intérieurement. Aidan le premier.

« Le diplomate ? » Questionna t-il, même s’il connaissait déjà la réponse. C’était histoire de meubler le silence. Et de montrer que oui, même à deux heures du matin, il était réactif, d’attaque.

« Oui. » Lui par contre, aimait les réponses courtes.

C’était donc ça. La prochaine victime donc : Victor Reed. Un diplomate anglais aux fréquentations louches. Des fréquentations toutes en rapport avec les Deadly Vipers. En somme, un contact essentiel aux yeux de l’agence. Il lui suffisait de claquer des doigts pour avoir accès aux dossiers carcéraux des plus grandes prisons anglaises. Il suffisait ensuite de quelques mots bien placés pour faire libérer les prisonniers susnommés. Et le tour était joué. Des recrues potentielles pour une agence qui le remerciait gracieusement.


« Il est tombé entre de mauvaises mains ? » Tout de suite, Aidan était beaucoup plus réceptif. C’était une discussion qui piquait curieusement, sa … curiosité.

« Non. Mais il risque d’y tomber. » Quand on savait que les mauvaises mains, signifiaient généralement la Triade, on comprenait pourquoi Aidan était interloqué. « Comme vous le savez tous, Noël approche. Et bien figurez-vous qu’il va être papa. Quel beau cadeau n’est-ce pas ? » Toute l’ironie du monde se lisait sur son visage. « Et il souhaite nous lâcher comme ça. Comme si on était une équipe de football départementale que l’on pouvait abandonner en plein championnat sans en subir les conséquences. » Généralement, le mot tuer apparaissait ensuite. Enfin, il était sous-entendu. C’était évident puisque , de ce qu’il avait comprit, ce qu’on pouvait comprendre à deux heures du matin, Victor Reed voulait tout arrêter. Finit les pots-de-vin, les extorsions illégales d’informations, les contacts avec les Deadly Vipers et l’argent corrompu. Il voulait retrouver un semblant de vie, loin de toute cette pagaille et agitation mortelle. Une décision compréhensive pour quelqu’un comme Aidan. Beaucoup moins pour des gens comme … eux.

« Munro. » Il n’en dit pas plus. Aidan observa attentivement son « frère » se lever et sortir de la pièce. Cette mission était pour lui. Alors pourquoi diable lui était-il là ? « Aidan. Venez me voir demain. » Il ne tarderait pas à connaître la réponse.

***


Poste de police : Odense, Danemark : 22 décembre, 11h05 heures locale.

Aidan était adossé contre un mur, dans un recoin du poste de police de la ville, téléphone contre l’oreille. Depuis maintenant plus d’une trentaine de minutes, il tentait de rentrer, en vain, en contact avec la Triade. Parce que d’accord, c’était une taupe depuis près de cinq ans maintenant, d’accord il se faisait passer pour un Deadly Viper aussi cruel qu’appétissant, et d’accord il vivait avec la peur constante d’être découvert, mais il devait quand même, essayer, quelques fois, de joindre, avec beaucoup de prudence, son agence première, pour les mettre au courant et les tenir en alerte de certains projets fondamentaux. Et pour cela, il n’avait que peu d’alternatives. Il devait trouver une ligne hautement sécurisée, composer un numéro farfelu, attendre d’être redirigé vers une plateforme étrangère, donner son numéro de matricule ainsi que quelques chiffres spéciaux pour l’occasion, parler en Danois pour ensuite accéder, par nom de code, à l’un de ses contacts. Contact qui en général se trouvait être Tanya Bowman. Une amie de longue date au sein de la Triade, une partenaire de quelques occasions et depuis son infiltration chez les DV, un contact essentiel. Seul lien avec son monde de « départ ». Mais pour parvenir à enchainer toutes ses étapes, il y avait un point sur lequel Aidan ne devait surtout pas se tromper : La ligne sécurisée. Et croyez-le ou non, après des années dans ce pays, et dans cette ville, il s’était rapidement rendu compte que le seul moyen d’obtenir une ligne non-surveillée des deux agences, c’était de passer pour le poste de police de la ville. En effet, les deux agences étaient tellement persuadées de tout contrôler, jusqu’au préfet de police de la ville, que mettre sur écoute leurs téléphones leur paraissaient inutiles. Et puis, c’était une activité assez risquée et pour le moins, fastidieuse. Il y avait tant de lignes réservées aux commissariats, et puis, la Triade comme les Deadly Vipers n’avaient diable pas de temps à perdre à contrôler les appels d’un voleur de pain vers sa mère effondrée.

Alors après s’être fait arrêté pour avoir tagué une voiture et résister aux forces de l’ordre, Aidan s’était fait bouclé pour quelques heures dans une cellule qu’il ne connaissait que trop bien. Et après plusieurs dizaines de minute, à réciter des articles de code pénal inexistants, il avait pu téléphoner. Toutefois, le garde ne tarderait pas à revenir. Il était partit je-ne-sais-où faire je-ne-sais-quoi : il devait donc vérifier toutes les cinq minutes si la sonnerie prévenant l’ouverture de la porte blindée retentissait, et si quelqu’un la passait. L’impatience combinée au stress d’être découvert rendait complètement dingue le jeune homme, qui tapotait nerveusement ses doigts contre le mur, et les entortillaient ensuite dans le fil du téléphone.


« Enfin » Lâcha-t-il, poussant un soupire de soulagement. Il avait procédé, étape par étape, avait rempli toutes les démarches nécessaires le plus rapidement possible, et enfin Tanya devenait accessible. Il aurait bien voulu se plaindre, mais son temps était compté. Déjà pour justifier son besoin d’incarcération, il avait feint le besoin de rencontrer un dealer enclin à l’aider pour une mission prochaine et importante. Il devait donc revenir avec des informations, valables.

« Snake pour Mountainer. »
« Oui. »
« Hey. Paris, Victor Reed, diplomate anglais, 24 décembre. »
« Je cherche. Attends quelques secondes. »

Lorsqu’il appelait, la conversation était strictement professionnelle et se limitait à un échange d’informations. Il lui donnait les renseignements nécessaires concernant sa prochaine mission comme Viper, elle lui donnait l’ordre de la Triade à ce propos. Car depuis quelques temps, les missions des deux agences étaient très liées, concernaient la même chose, la même personne et si le but était différent, la conséquence restait similaire : Etre le premier, devancer l’autre, empêcher autrui de nous rattraper.

Son impatience démesurée le rattrapa. Et tandis qu’il se tapait convulsivement la tête contre le mur, l’oreille collée au téléphone, la même voix féminine le sortit de ses pensés.


« La Triade le veut. Vivant ! » Elle raccrocha aussitôt.

Comme ça, c’était clair. Il ne savait ni pourquoi (et ne le saurait probablement jamais) ni comment, ni quand, mais il devait le garder vivant. Et s’il prenait en compte le temps qu’avait mis Tanya à trouver l’info, un temps relativement court comparé à d’autres occasions, il penchait pour la mission de haute importance. Celle qu’il devait réussir.


« GAAAAAAAAAAAAAARDE ! » S’égosilla t-il empruntant la voix d’un ivrogne mal luné. « J’ai finiiiiiiiiiit ! Tu peuuuuuuuuuuux reveniiiiiiiiiir ! » Il accentua longuement sur les syllabes, dessinant un sourire exagéré mais satisfait le long de ses lèvres.

« Ferme ta bouche, tu pues l’alcool ! » Lui cria l’homme en question tout en pénétrant dans la pièce. « Et puis c’est pas comme si ta conversation était SI importante. »

Si seulement il savait.

***


Hôtel Ritz : Paris, France : 24 décembre, 20h.

Après plusieurs heures de vol, des heures assez turbulentes et pour le moins stressante –Aidan n’était pas un grand fan des avions-, le jeune homme posait enfin le pied sur la terre ferme. Une terre française qui plus est, un pays qu’il affectionnait beaucoup et une langue qu’il parlait, naturellement. Il avait rendez-vous au Ritz, un hôtel huppé de la capitale. Il n’avait jamais mis les pieds à l’intérieur mais l’avait étudié, pour les besoins de la mission, sous tous les angles. Encore plus sachant qu’il devait agir pour la Triade tout en feignant agir pour les Deadly Viper. L’ordre de mission de ces derniers n’était cependant pas clair, et plongeait le jeune homme dans une anxiété encore plus troublante. Munro était l’agent premièrement assigné. Après leur briefing (très) matinal, il avait du se rendre en salle info pour recevoir les derniers renseignements et mettre au point les directives, officieuses. Et pourtant, malgré tout, lui, Aidan avait été convoqué. Pendant une dizaine de minute, on lui avait rabâché combien il avait été efficace dernièrement, combien les informations qu’il ramenait étaient très précieuses et essentielles pour la survie de l’agence. Des compliments histoire de le « brosser dans le sens du poil ». C’était habituel. Couvrir de fleurs un agent soit pour en recueillir d’avantage soit pour le conforter dans l’idée qu’il était « bien vu » et lui ôté tout doute de l’esprit. Il suffisait ensuite d’attendre qu’il baisse sa garde et sa prudence. Des ficelles du métier qu’Aidan ne connaissait que trop bien. Lui-même à la Triade avait vu des taupes se faire attraper de cette manière.

Pourtant, le discours qu’on lui avait tenu avait vite changé de cap. On avait mentionné Munro, et la haine visible que les deux hommes se partageaient. Evidemment, ses supérieurs voulaient en connaître la raison. Depuis le tout début. Et évidemment, aucun des deux ne pipaient mot à ce sujet. Et ce, malgré les menaces déguisées qu’on leur adressait. C’était personnel, et ils comptaient bien le laisser en tant que tel. Rapidement, voyant que leurs demandes répétées ne menaient à rien, on avait forçé Aidan vers une mission commune. Un duo inhabituel, qui, selon leurs propres mots, l’aiderait à évoluer et à devenir encore meilleur. A mesure qu’on lui avait donc divulgué les informations nécessaires, Aidan avait de son côté prit conscience du piège qui se refermait, peu à peu, sur lui. Il était ressorti de la pièce la mine déconfite, mais l’avait caché sous un air las et fatigué.

Assis dans sa chambre d’hôtel, un hôtel beaucoup moins classe et pompeux que celui dans lequel la mission se déroulerait, Aidan tenta de remettre les pièces du puzzle ensemble. Premièrement, Munro avait été lancé sur cette mission. Il devait, assurément, tuer Victor Reed. Ensuite, lui Aidan, apprenait qu’il devait revenir le lendemain pour se voir donner des informations complémentaires. Donc, en bonne taupe, il contactait la Triade, et ces derniers lui demandaient catégoriquement, (donc ils ne demandaient pas), de ramener ce même Victor Reed, vivant (essentiel comme point, évidemment). Finalement, en retournant chez les DV le lendemain, ses supérieurs l’informaient qu’il devrait agir en duo sur une mission se déroulant à Paris. Etrange coïncidence.

Munro était à Paris. Reed aussi. Et lui, désormais, il y était aussi.


***


Dernière édition par Aidan Sullen le Mar 11 Aoû - 13:13, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Sullen
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 26
Devise : Emma - Ma - MRS WEATHERLY

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Ven 31 Juil - 11:27

21h58.

« Parfois au cours des ténèbres on retrouve d'autres personnes. Et parfois au cœur des ténèbres on les perd à nouveau.» Aucune citation ne qualifierait mieux la relation entre Munro et Aidan que celle-ci. Stephen King avait bel et bien raison. Elevés au sein d’une famille écossaise trop « à cheval » sur les traditions, les deux enfants devinrent bien vite des poupées baladées, toute la journée durant, dans les mains de leurs parents. Dans l’enfer que fut cette partie de leur enfance, ils se tournèrent l’un vers l’autre sans grande complexité. Un frère, un soutien, un ami. Ils se complétaient, se faisaient mutuellement confiance. Malheureusement, avec l’adolescence, leurs opinions divergèrent. Et ce qui devait arriver, arriva. Le fossé entre eux se creusa définitivement à la suite du décès, brutal, de leur mère. En effet, ils ne partageaient pas, du tout, la même relation avec cette dernière. Tandis que l’un l’idolâtrait presque, l’autre s’en indifférenciait. Aidan était celui-là. Il n’avait jamais eu cette petite étincelle qui l’aurait lié, par-delà les mots et la raison, avec ses parents. Il ne l’avait même pas eu avec son frère. Entre Munro et lui, il y avait une flamme. Une flamme grandissante, les consumant peu à peu. Elle n’avait que deux alternatives connues : Continuer de grandir, ou s’éteindre. Ils continueraient de se haïr, déraisonnablement, ou retrouveraient leur lien passé, fraternellement.

A l’âge de dix-huit ans, leurs chemins se séparèrent, là aussi, brutalement. Munro s’engagea sur une route très dangereuse, instable et surtout terroriste. Aidan, lui, choisit de canaliser son énergie et sa rage par un sport qu’il chérissait depuis son enfance, qu’il pratiquait, indépendamment, depuis des années déjà : La boxe. Il n’eut plus jamais de nouvelles de son « frère », et finit même par ne plus le considérer comme tel. C’était devenu un inconnu. Recruté quelques années après par la Triade, Aidan opéra pour leur compte avec beaucoup de ferveur et de croyance. De l’espoir aussi, peut-être. Il ne put cependant se résoudre à dévoiler le lien l’unissant à l’un des terroristes les plus recherchés du monde. Sans réellement savoir pourquoi, ni comment il parvint à le cacher, il gravit les échelons jusqu’à finalement, choisir d’infiltrer les Deadly Vipers.

Là-bas, une surprise de taille l’attendit bientôt : L’arrivée de ce dit-frère, celui qu’il avait caché aux yeux de sa véritable organisation, celui qui connaissait sa vraie nature et pouvait le conduire à sa perte. Le choix aurait été cornélien pour certain : La vie de son frère contre la sienne. Toutefois, dans le cœur et l’esprit d’Aidan, une information naturelle, improbable et très douteuse s’insinua : Ils étaient frères. Et la même idée dut, très certainement, traverser Munro. Car il garda le silence. Mais un secret non révélé, ce n’était pas assez pour raviver une vieille connexion. Ils étaient bien trop différents, aux antipodes l’un de l’autre pour être plus précis. Et qui plus est, indépendants.

Toute cette histoire pour finalement se retrouver dans le même pays, la même ville, le même hôtel, la même cible en vue. Mais une nouvelle fois, des motivations opposées les guidaient. L’un devait tuer, l’autre garder en vie.


***


« Monsieur Carmichael ? »
« Oui ? »
« Téléphone pour vous. »

Aidan prit le téléphone d’une main, remerciant d’un large sourire le serveur.

« Oui ? »
« Les valises sont prêtes je suppose ? »
« Evidemment. Bouclées, prêtes à partir. »
« A très bientôt. »

Rien de tel qu’un appel du patron vous rappelant de faire votre job pour vous remettre d’aplomb. Raccrochant sans attendre plus longtemps, Aidan retourna auprès de son lit et aussitôt, s’empressa de charger les armes éparpillées dessus. Quelques minutes plus tard, il portait deux revolvers à la ceinture et un couteau finement aiguisé dans sa chaussure. Son arme principale demeurait évidemment ses poings et sa connaissance des arts martiaux. S’il s’écoutait, il ne se contenterait que d’eux. Mais, par prudence et légèrement forcé, il emmenait toujours avec lui, une arme blanche et à feu. Qu’elle que soit la mission, qu’elle que soit la cible. Après avoir jeté un dernier coup d’œil dans le miroir pour s’assurer que rien n’était apparent, Aidan s’empara d’une large mallette noire et franchit la porte de sa chambre. Logé au rez-de-chaussée, il n’eut que quelques pas à faire pour rejoindre la porte principale et s’engouffrer dans l’avenue bondée.

Précisément neuf minutes plus tard, Aidan traversa les grandes portes dorées du Ritz, et gratifia de larges sourires les portiers, serveurs et réceptionnistes qui l’accueillirent tout aussi radieusement. Aussi radieux que le costume Armani qu’il portait les rendait. Il se dirigea d’un pas très assuré vers la réception et se posta devant, dévoilant aussitôt un français parfait :


« Bonsoir. Mon nom est Jean-Claude Morel. Je suis ici pour le reportage sur les plus grands hôtels français. On a du vous prévenir de mon arrivée. » Du moins, il l’espérait.
« Oui bien sûr Monsieur Morel. » Elle semblait pourtant perplexe.
« Un problème ? » L’interrogea t-il aussitôt, esquissant un léger sourire en coin.
« Et bien votre collègue nous a dit que étiez mala- … »
« Mon collègue ? » Une once d’inquiétude lui traversa le regard.
« Oui il est arrivé il y a une dizaine de minutes et nous a dit vous remplacer. Vous étiez à priori malade. »
« … »
« En tout cas vous semblez aller beaucoup mieux ! »

Mais Aidan s’engouffrait déjà dans les escaliers, grimpant trois à trois les marches. Au plus vite, il rejoignit le troisième étage, porte 4065, chambre d’un certain Victor Reed. S’arrêtant juste devant, la respiration haletante, il reprit rapidement ses esprits avant de frapper doucement à la porte.

« Mr Reed. »

Aucune réponse.

« Mr Reed, service d’étage. »

La porte de la chambre voisine s’ouvrit brusquement, et un homme, bedonnant, une serviette autour de la taille, un cigare à la bouche, se montra.

« Ca fait deux fois que vous passez ! Vous ne pourriez pas vous occupez de moi et mes demandes à la place ! »

Aidan se retourna, arquant un sourcil à la fois exaspéré et inquiet.

« La deuxième fois ? »

« Mais oui vous êtes passé y a 5 minutes déjà ! » Un coup de pied dans la porte força l’homme à rentrer, désintéressé.

Au sol, un homme. Reed. Une balle entre les deux yeux.

Sans attendre plus longtemps, il se rua dans les couloirs, espérant rattraper celui qu’il savait encore présent. Il analysa chaque étage, chaque couloir méticuleusement, se lança dans des courses effrénées à chaque claquement étrange. Sa respiration haletante, il donna des coups de pied violents dans chacune des portes de chambres les plus bruyantes. Sans succès.

Il était parti.


***


22h25.

« Il me faudrait les vidéos des caméras de surveillance du couloir 3 Aile Nord. » D’une voix aussi calme que brusque, celle qu’aurait employée un agent de sécurité digne de ce nom - surtout dans un hôtel aussi fastueux et reconnu- Aidan s’empressa d’afficher un sourire courtois mais visiblement forcé sur son visage. Il ne fallait que ça pour motiver le chargé de surveillance, un homme assis bien tranquillement dans un fauteuil bien trop confortable pour quelqu’un censé répondre et intervenir, au moindre geste louche apparaissant sur ses écrans.

« Il ne s’est rien passé d’inhabituel. J’ai été là toute la journée. Là dans mon fauteuil à mater ça comme si j’étais au cinéma. » D’une voix hautaine et dénuée de tout respect, il dévisagea Aidan avant de se retourner vers ses écrans. « Vous m’empêchez de faire mon boulot. » Reprit-il de plus belle, avalant au passage un pop-corn croustillant.

« Hé nain de jardin, tu sais ce qui se passe la plupart du temps au cinéma ? On s’endort. » Passant outre ses alertes et insultes sans envergures, Aidan ouvrit brusquement le tiroir de droite et en sortit une pile de casette marquée 24.12 3N suivi d’une ribambelle de numéro sans importance. Quelques secondes plus tard, il attrapa une chaine trainant derrière lui et la fit rouler jusque devant le magnétoscope. Le temps d’insérer la première vidéo et Aidan fixa l’écran, guettant la moindre personne suspecte. Une heure plus tard, après s’être enfilé six vidéos, il dut se rendre à l’évidence : Personne n’était venu par ce couloir. C’était pourtant la seule solution.

Considérant quelques minutes l’homme qui mangeait encore et toujours ses même pop-corn, Aidan plongea sa tête dans ses mains, pensif.


« Y a moyen de récupérer que les bandes son ? » L’interrogea t-il soudainement, sa confiance revenue et ses espoirs intacts.

« Mais vous êtes qui au juste ? Vous êtes certainement pas Josef. » Par déduction, Aidan se mit à penser que ce Josef, était l’homme de la sécurité habituel. Celui qu’il avait renvoyé chez lui quelques minutes plutôt, feintant les ordres du patron et la fermeture soudaine de l’hôtel. Il savait être très persuasif.

« Il est plus gros que vous … »
« J’ai perdu du poids. » Rétorqua Aidan, légèrement exaspéré.
« Plus typé ! »
« J’ai fait des contre-uv. » Il soupira. Longuement. Las.
« Il avait plus d’humour … »
« Tu me saoules toujours autant toi par contre ! »
« … »
« J’ai posé une question au fait ! »
« Les bandes son ? »
« Oui ! »
« Bien sûr qu’on peut les avoir. Je suis doué dans mon job. »

Sans prendre la peine de lui répondre, et levant seulement les yeux au ciel, Aidan prit ensuite son mal en patience, et le remercia d’un sourire factice. Il n’avait mis que quinze minute pour retrouver la bande son de la tranche horaire 21h45 – 22h.

« Je peux te laisser seul ? J’ai rendez-vous avec Jésus. » Hochant furtivement la tête, bien heureux qu’il quitte la pièce, il ne demanda même pas la signification de cette phrase, se laissant à penser qu’il allait en fait, aux WC.

Soudain, le son se fit. Et étrangement, il n’avait rien à voir avec les bruitages silencieux entendus lors des vidéos.

Une voix d’homme.


« Monsieur Esposito ? Service d’étage. Votre colis est arrivé. »

Une deuxième.

« Glissez-le sous la porte. »

Quelques secondes plus tard.

« Il ne passe pas Monsieur. Nous pouvons vous le garder à la réception et vous venez le chercher lorsque vous le désirez. »

Des pas. Un frottement de veste.

« Non non non attendez, je vais le pren- »

Une porte qui s’entrouvre. Et quelques secondes après, le choc brutal d’un corps s’écrasant contre le sol, d’une porte claquant et de pas s’éloignant, doucement.

Par déduction -il était quand même formé pour ce genre d’exercice-, Aidan recomposa le puzzle. Esposito, le nom d’emprunt de Victor Reed pour résider tranquillement dans cet hôtel, et parer la moindre tentative contre sa personne. Puis, feintant le service d’étage et utilisant le soi-disant colis que devait, à fortiori recevoir le diplomate, un homme (au son de la voix, qui même truquée ne pouvait être que masculine) attend qu’il entrouvre la porte, sort un silencieux de sa poche (il n’avait pas entendu de détonation) l’insère au travers de la porte et à bout portant, loge une balle entre les deux yeux de la victime. Et finalement, il repart sans se presser, sachant les caméras bloquées certainement sur un autre couloir ou tout simplement, figées.


***


Ressortant de l’hôtel, Aidan tenta au mieux de masquer l’échec cuisant qu’il venait de vivre. Tout à coup, son téléphone sonna, et d’une main tremblotante, il le sortit de sa poche. C’était sûrement les Dv, ou pire la Triade. Et il n’avait fichtrement pas envie de leur parler. Et de leur annoncer qu’il n’avait ni intercepté Munro et n’avait en aucun cas fait équipe avec lui, ni n’avait réussi à garder Victor Reed en vie.

« Oui ? » Lança t-il finalement.

« J’ai toujours eu une longueur d’avance Aidan. Je l’aurai toujours. »

Munro.

« Alors tu sais qu’ils m’ont envoyé pour te suivre, faire un duo avec toi, surveiller tes arrières. »

« Je n’ai besoin de personne. » Protesta Munro.

« Et encore moins de moi, je sais. Mais en attendant, ils doutent de toi. » Aidan savait parfaitement ce qui caractérisait son frère, ce qui le rendait si froid et distant, indépendant et différent. C’était une logique, une intelligence très développée. Très jeune, il avait prouvé ses dons et sa manière précoce de voir et analyser les choses. Il avait toujours eu une certaine avance sur Aidan, son frère pourtant jumeau.

« Et ils t’ont envoyé TOI en petit chien de garde ? Amusant. Ironique même. » Le « toi » était bien trop appuyé, accentué pour être innocent et sans arrières pensées. « Aidan. S’il te plait. Ou-blie moi. »

« Sans problèmes. »

***


Un nouveau poste de police, une nouvelle ville du Danemark, une nouvelle fausse raison d’inculpation, une nouvelle cellule miteuse, un nouveau policier à berner.

« Tanya. » Déglutit-il.
« Aidan, alors ? »
« Il est mort. »
« Oh. »
« Fabuleux, je sais ! » La devança t-il avec toute l’ironie du monde. « J’y retourne. Adieu. »

C’était un rituel particulier. Un adieu qui valait un au revoir. Parce qu’il ne savait jamais si demain, un échec cuisant ne se traduirait pas par … sa mort.


Dernière édition par Aidan Sullen le Mar 11 Aoû - 13:19, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Sullen
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 26
Devise : Emma - Ma - MRS WEATHERLY

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Ven 31 Juil - 11:27






Dernière édition par Aidan Sullen le Ven 7 Aoû - 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dakota Ellison
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 27
Devise : paweke;api.
Agence : : « Life is nothing but a competition to be the criminal rather than the victim. »

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Ven 31 Juil - 13:01

Yihaaaaaaaaaaaaaaa. :bril: :miii: :run: :love:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tennessee Ellison
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 28
Agence : : « There is no fate but what we make. »

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Ven 31 Juil - 15:50

*ronronne*
:bril:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Munro Hawk
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 83
Age : 26
Devise : Liily
Agence : : I'm like anyone. What I want is that which I never had.

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Sam 1 Aoû - 10:47

MOUHAHAHAHAHA :green:

_________________

    MYKINDOFCRACK @ LJ
    but it's been a while since I passed by
    the point of no return and I took a wrong turn
    you seem like just a thing I need
    but all I can give you is what sorrow brings
    I'm not what you need 'cuz I've done bad things
    real, real bad things.
    CARNIVAL • Bad things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-roads-left.forumactif.com/forum.htm
Aidan Sullen
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 26
Devise : Emma - Ma - MRS WEATHERLY

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Dim 2 Aoû - 16:33

TEAAAAAAAAAM ALIAS :god:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tennessee Ellison
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 28
Agence : : « There is no fate but what we make. »

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Mar 4 Aoû - 22:32

Aouch la deuxième chanson :bril: :woof:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Sullen
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 26
Devise : Emma - Ma - MRS WEATHERLY

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Mar 4 Aoû - 22:41

C'est pour Tennan :miii: :bril: (Tennan, Taidan, Tennessan :touffe: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tennessee Ellison
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 28
Agence : : « There is no fate but what we make. »

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Mar 4 Aoû - 22:43

Elle est parfaite pour eux :miii:
(ouais, Tennan c'est bien, hein :rollroll: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Sullen
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 26
Devise : Emma - Ma - MRS WEATHERLY

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Mar 4 Aoû - 23:00

J'ai aussitôt pensé à eux en l'écoutant :bril: :run:
Ca va être trop ben :god:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aidan Sullen
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 26
Devise : Emma - Ma - MRS WEATHERLY

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Mar 11 Aoû - 13:51

Bon je m'active :woof:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Munro Hawk
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 83
Age : 26
Devise : Liily
Agence : : I'm like anyone. What I want is that which I never had.

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Mar 11 Aoû - 16:40

Moi je dis, admirons la classe de Munro quand il daigne parler à son frère :god:

_________________

    MYKINDOFCRACK @ LJ
    but it's been a while since I passed by
    the point of no return and I took a wrong turn
    you seem like just a thing I need
    but all I can give you is what sorrow brings
    I'm not what you need 'cuz I've done bad things
    real, real bad things.
    CARNIVAL • Bad things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-roads-left.forumactif.com/forum.htm
Aidan Sullen
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 26
Devise : Emma - Ma - MRS WEATHERLY

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Sam 15 Aoû - 22:16

:dehors: Ouais bah hein :green:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Munro Hawk
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 83
Age : 26
Devise : Liily
Agence : : I'm like anyone. What I want is that which I never had.

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Dim 16 Aoû - 8:45

Tu gères I love you

_________________

    MYKINDOFCRACK @ LJ
    but it's been a while since I passed by
    the point of no return and I took a wrong turn
    you seem like just a thing I need
    but all I can give you is what sorrow brings
    I'm not what you need 'cuz I've done bad things
    real, real bad things.
    CARNIVAL • Bad things
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-roads-left.forumactif.com/forum.htm
Tennessee Ellison
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 61
Age : 28
Agence : : « There is no fate but what we make. »

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   Dim 16 Aoû - 14:44

*plante sa tente*
:miii:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars   

Revenir en haut Aller en bas
 
SULLEN, Aidan - fighting and trying to hide the scars
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne fête, Hide-hime. [Pv]
» [Mai] Taeyang Hide Doubt Version
» All we do is hide away {Dranna}
» Chimère # I know you suffered But I don't want you to hide It's cold and loveless I won't let you be denied
» Un cadeau pour maman? Menteur! ft.Hide-sama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Licence to Kill :: YOU ONLY LIVE TWICE :: THE MAN WITH THE GOLDEN GUN-
Sauter vers: