AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you're in the army now - BELIKOV

Aller en bas 
AuteurMessage
Aleksander Belikov
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 6

MessageSujet: you're in the army now - BELIKOV   Lun 22 Aoû - 11:39

To be nobody-but-yourself --
in a world which is doing its best, night and day,
to make you everybody else ...



PROCÉDURE ENCLENCHÉE

4

    Nom(s) : BELIKOV.
    Prénom(s) : Aleksander Eirik.
    Âge : 27 ans.
    Nationalité : Dannoise.
    Métier : Dépanneur informatique.


3

    « 18 heures chez Mr Anderson, dépannage de routine. Qui se dévoue ? »

    Les trois techniciens du service de maintenance à domicile se regardèrent dans le blanc des yeux avant qu’enfin, le plus jeune des trois des décide à jeter l’éponge. D’un geste peu enthousiaste, Aleksander Belikov, brillant informaticien danois qui manquait malheureusement de discipline face à l’autorité, accepta de se rendre chez ce client pas vraiment malin qui semblait ne pas comprendre le principe de l’informatique. A 27 ans, il aurait pu faire partie des meilleurs ingénieurs travaillant pour les plus grandes entreprises du monde et gagner une fortune. Au lieu de cela, il se retrouvait à bosser 10 heures par jour dans un quartier pas franchement sympathique de Copenhague à expliquer à des idiots la différence entre un clavier et un écran. Réjouissant. Non pas qu’il manquait d’ambition, mais plutôt qu’il se fichait pas mal de gagner des milles et des cents si on ne l’obligeait pas à s’habiller comme un pingouin.

    Sans décrocher un mot à Jeff et Lester, ses collègues pas spécialement débrouillards, il attrapa les clés de la fourgonnette de l’entreprise et se dépêcha de quitter les locaux de l’entreprise s’il voulait arriver, et donc finir, à l’heure. Une fois sortit, il composa un numéro sur son portable. Pas de sonnerie, tout de suite la boite vocale. Pour changer.

    « C’est moi. J’ai encore du boulot, je ne rentrerai pas à la maison avant 20h ce soir. J’t’aime. »

    Lorsqu’il raccrocha, le visage de Grace resta affiché encore quelques secondes. Cela faisait maintenant quatre ans qu’ils étaient ensemble, et il s’était enfin décidé à sauter le pas. Mais pas ce soir. Demain. Demain soir, autour d’un simple diner, il lui fera sa demande avec la bague pour laquelle il avait économisé une année entière, une petite merveille. Et l’idée de passer le reste de sa vie avec celle qui comptait le plus pour lui valait tous les jobs du monde, c’était même ce qui le faisait se lever le matin.

    Une fois installé au poste de conduite, il jeta à coup d’œil à son propre pick up garé sur le bas côté, puis démarra sur les chapeaux de roues. Oui, il conduisait comme un dératé et c’était ce qu’il aimait le plus. Sifflant comme un gamin pour encourager le vieux moteur fatigué, il arriva chez son client dix minutes plus tard, après avoir eu le temps de chanter « don’t stop believin’ » à tue tête. Son portable sonna alors pour signifier l’arrivée d’un message.

    « Je suis retenue au bureau, ne m’attend pas pour diner. Grace x ».

    Aleksander haussa les épaules. A chaque fois qu’elle était retenue dans le cabinet d’avocats où elle travaillait, il l’attendait jusqu’au milieu de la nuit. Incapable de dormir quand elle n’était pas là. Idiot certes, mais c’était le cas. Sa bonne humeur disparue, il claqua la portière de sa voiture et s’éloigna à grandes enjambées.

    Ce fut ce qui le sauva.

    Une explosion retentit alors, un vacarme fulgurant, aussi inattendu que violent. La Mercedes garée juste devant la fourgonnette fut littéralement réduite en cendres, tandis que la voiture d’Alex s’enflammait à vue d’œil. Lui même avait été propulsé à une dizaine de mètres, s’écrasant contre le mur de la maison. Totalement sonné, son bras gauche assez sévèrement entaillé par un bout de métal et le visage plein de coupures et autres bleus lui donnant l’air de revenir d’une mission suicide, Aleksander eu l’impression de vivre les deux minutes suivants au ralenti, comme dans un rêve.
    Anderson sortit en trombe de la villa, un air paniqué et surtout inquiet sur le visage. Leurs regards se croisèrent alors, et la même stupéfaction était visible entre le jeune réparateur et le magnat de l’industrie nucléaire. Le chaos semblait avoir apparu de nulle part, les laissant livrés à eux même au milieu des flammes et autres explosions. Un bruit de moteur se fit entendre, une magnifique voiture de sport aux vitres fumés vint se garer l’instant d’après à quelques mètres deux. Une silhouette encapuchonnée en sortit et soudain, le coup de feu retentit.

    Porteur d’une mort certaine.

    Convaincu que sa dernière seconde était arrivée, Alec ferma les yeux et sentit sa vie défiler devant lui. Sauf que sa vie se résumait aux moments passés avec Grace, parce qu’avant elle il n’était qu’un pauvre garçon désœuvré.

    Mais il n’était pas la cible de ce coup de feu.

    Sous ses yeux horrifiés, Anderson s’effondra, la balle logée au milieu du front, le figeant à jamais dans un rictus de terreur. La douleur de son bras se fit lancinante, mais tout ce dont Aleksander se rendait compte était le visage du tueur. Ou plutôt de la tueuse.

    Grace.

    Une rafale de vent venait de faire voler la capuche de la jeune femme qui tenait d’une main ferme l’arme encore fumante. C’était impossible. Il était mort, ou bien il était fou. C’était une hallucination. C’était la seule et unique explication à ce qui venait de se passer dans cette minute qui allait bouleverser son existence pour toujours.

    Grace.

    La femme pour qui il aurait donné sa vie avait maintenant l’arme pointée sur lui, à quelques dizaines de centimètres de l’endroit où il gisait sur le sol. Alek n’y comprenait rien, mais devinait qu’il ne rêvait pas. Il avait bien trop mal pour cela. Leurs regards se croisèrent, et il n’arrivait même pas à la reconnaître. Il n’y avait plus rien de la douce étudiante à la voix chantante et aux yeux rieurs dans la tueuse implacable. Et pourtant, elle baissa son arme sans pour autant adopter une expression plus douce.

    « Va t’en Aleksander. Vite. Cours.»

    C’était bien sa voix, mais déjà des centaines de questions s’entrechoquaient dans sa tête. Il venait de voir la femme qu’il aimait abattre de sang froid un homme sans défense, alors qu’elle était incapable d’écraser une araigne sans s’en vouloir une semaine. Hébété, Aleksander contemplait Grace, incapable d’aligner deux mots cohérents.

    « T’es pas au bureau ? »
    « Alek s'il te plait, je peux t'expliquer. »

    Ces simples mots, aussi simples soit-ils, le firent revenir à la raison. Il n’était pas idiot, loin de là. Et malgré tous les sentiments qu’il avait pour elle, il percevait le danger dans le ton de sa voix, et surtout dans ce regard. Sans s’occuper de l’arme qu’elle tenait encore à la main, il se releva et eu malgré lui un sursaut de recul. Les blessures, le choc, le traumatisme ne parvenaient pas à masquer la réalité.

    « Non… Non. NON. »

    Sans autre forme de procès, Alek recula d’un pas, puis d’un autre avant de franchement tourner les talons pour partir en courant. Sa démarche avait beau être hésitante, il voulait s’éloigner. Partir loin, oublier.

    Se réveiller de ce cauchemar.

    La douleur physique n’avait maintenant plus d’importance. Tout ce dont il se rendait compte, c’était de ce que Grace venait de faire, et même s’il voulait croire qu’il ne s’agissait que d’un mauvais rêve, au fond de lui il savait bien que c’était faux. Elle venait de tuer un homme, et avait été à deux doigts de faire la même chose sur lui. Elle avait été à deux doigts de le descendre. Lui.
    Un quart d’heure après, il arrivait à l’appartement, haletant, essoufflé. Hagard. Son voisin l’avait regardé avec de grand yeux : il est vrai qu’avec ses vêtements déchirés, son visage poussiéreux et blessé mais surtout ses yeux complètement perdus. Sans penser à autre chose, il s’effondra sur le canapé.




2

    Voiture(s) conduite(s) : Un pick up Toyota.
    Arme(s) utilisée(s): Un clavier, une souris et une bonne dose de logique.
    Pays préféré(s) : Le Danemark. Patriote le garçon.
    Héros qu'il admire : Captain America et James Bond.





1

    Avatar :
    Pseudo :
    Comment avez-vous connu le forum :
    Un commentaire :


[center] ARCHIVAGE TERMINÉ


Dernière édition par Aleksander Belikov le Lun 22 Aoû - 20:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Lindén
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 25

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: you're in the army now - BELIKOV   Lun 22 Aoû - 13:30

OH MON DIEU. :woof:

_________________
© by @ lj lovesick_moose ; castiells.

And once there was a time for easy
silence but now the jury waits for you
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksander Belikov
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 6

MessageSujet: Re: you're in the army now - BELIKOV   Lun 22 Aoû - 15:02

JE SUIS INSPIREE LA SI TU VEUX UN DC FAIS MOI SIGNE :green:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaughn Llewelyn
EVEN BETTER MAN # I think you could save my life
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 26
Devise : emma - ma weatherly
Agence : : In Sicily, women are more dangerous than shotguns.

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: you're in the army now - BELIKOV   Lun 22 Aoû - 19:00

:bril:

_________________

DARKNESS WILL TURN TO LIGHT
And I will walk on water
And you will catch me if I fall
And I will get lost into your eyes
I know everything will be alright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://licence-to-kill.forumactif.org
Vaughn Llewelyn
EVEN BETTER MAN # I think you could save my life
avatar

Nombre de messages : 597
Age : 26
Devise : emma - ma weatherly
Agence : : In Sicily, women are more dangerous than shotguns.

Undercover
Répertoire:
Agenda:
Missions effectuées :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: you're in the army now - BELIKOV   Dim 28 Aoû - 18:39

La perfection de ce couple me fait vibrer :bril:

_________________

DARKNESS WILL TURN TO LIGHT
And I will walk on water
And you will catch me if I fall
And I will get lost into your eyes
I know everything will be alright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://licence-to-kill.forumactif.org
Aleksander Belikov
RECRUE | Mission donnée : Vous faire valider.
avatar

Nombre de messages : 6

MessageSujet: Re: you're in the army now - BELIKOV   Dim 28 Aoû - 21:39

:bril:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: you're in the army now - BELIKOV   

Revenir en haut Aller en bas
 
you're in the army now - BELIKOV
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» army builder(bien foutu en plus)
» Primer jaune army painter à vendre [vendu]
» Army Builder Légal
» Mauritania: Un Autre Coup d’Etat…Qui Nous Ressemble
» AIRBORNE-COMMAND 1943

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Licence to Kill :: YOU ONLY LIVE TWICE :: THE MAN WITH THE GOLDEN GUN-
Sauter vers: